fr-CA Champlain Local Health Integration Network (LHIN)

Biographies des membres

Ottawa ouest

Michèle Le Saux

MLeSauxMichèle Le Saux est diplômée en génie et travaille dans l'industrie de l'aérospatiale. Elle a grandi dans le Nord-Ouest de l'Ontario et a habité dans le Sud-Ouest de l'Ontario ainsi que dans la région d'Ottawa. Elle a également habité dans différents pays en Europe et en Afrique. Michèle a vu différents modèles de soins de santé. Elle a fait l'expérience du système de santé en prenant soin de ses parents en tant que personnes âgées et atteintes de démence. Elle a également constaté des enjeux concernant l'accessibilité des services de santé mentale pour les jeunes.

Michèle s'intéresse aux problèmes de santé mentale et de toxicomanie chez les jeunes et à la prévention du suicide chez les adolescents. Si on aborde ces problèmes très tôt, les résultats peuvent être positifs. Non traités, ces problèmes peuvent mener à une foule de problèmes sociaux, médicaux et juridiques. Michèle voit sa participation au Comité consultatif des patients et des familles du RLISS de Champlain comme une occasion de lever le voile sur les enjeux de santé mentale que vivent les jeunes, en particulier en ce qui a trait aux temps d'attente et à l'accessibilité des services appropriés.

Michèle espère que son expérience avec des systèmes d'ingénierie complexes sera utile pour structurer les efforts visant à améliorer les services de santé. Plus qu'une question de financement, il s'agit de la façon dont les soins sont organisés et de la façon dont les patients sont dirigés dans le système. Michèle croit fermement à la recherche de pratiques exemplaires et à la cueillette de données solides sur les décisions éclairées pouvant être prises.

« Je me porterai à la défense de services de santé mentale plus nombreux et améliorés pour les jeunes, des services faciles à trouver pour quiconque les cherche. J'espère aussi que nous commencerons à tenir compte d'une approche plus innovante et globale des soins de santé mentale qui touche l'esprit, le corps et l'âme et qui fait participer les familles, les écoles, la communauté et les fournisseurs de soins de santé. »

Doreen Rocque

DRocqueDoreen Rocque a le sentiment d'avoir passé sa vie à prendre soin des gens, et elle l'a toujours fait avec fierté : sa mère et sa tante habitaient ensemble au cours des dernières années de leur vie, d'abord dans un logement pour personnes autonomes, puis dans un établissement de soins de longue durée. Doreen était la personne à qui elles faisaient appel lorsqu'elles vivaient des difficultés.

Au même moment, le mari de Doreen a reçu un diagnostic de maladie de Parkinson. Il est demeuré à la maison aussi longtemps que possible, puis il est déménagé au Centre de santé Perley Rideau pour anciens combattants. Durant tout ce temps, jusqu'au jour de son décès, Doreen a été là pour lui.

Doreen consacre maintenant toute son énergie à aider les gens à obtenir les soins dont ils ont besoin. Elle est membre du Conseil des familles et des amis du Centre de santé Perley Rideau pour anciens combattants. En 2010, elle a été élue à la direction du Réseau de conseils des familles de la région de Champlain, qui défend les besoins, droits et intérêts des résidents qui habitent dans des foyers de soins de longue durée. En 2014, elle a été élue présidente de ce réseau.

Elle siège également au Comité directeur des services des urgences et autres niveaux de soins du RLISS, au Comité consultatif des soins de longue durée du RLISS et au Comité directeur sur la démence de Champlain. Et bien sûr, plus récemment, elle est devenue membre du Comité consultatif des patients et des familles du RLISS de Champlain.

« Je suis soignante depuis ma naissance. Tout a commencé avec de petits animaux, puis avec des personnes. Mon travail au Comité consultatif des patients et des familles du RLISS de Champlain est simplement le prolongement de tout cela, et je suis impatiente de siéger à ce comité. »

Ottawa centre

Cathy Doolan

C DoolanCathy Doolan est une ancienne avocate en droits de la personne de la fonction publique qui a passé de nombreuses années à titre d'unique soignante de sa mère. La mère de Cathy avait de nombreux problèmes de santé complexes, mais souhaitait désespérément demeurer chez elle.

Cathy fut très impressionnée des excellents soins offerts par le Centre de santé communautaire du centre-ville et a été membre du conseil d'administration pendant six ans. Toutefois, les services de soins à domicile qu'elle et sa mère ont reçus n'ont pas été aussi satisfaisants. Cathy affirme que des problèmes d'horaire survenaient de façon récurrente, et un grand nombre des préposés aux services de soutien à la personne avec qui elle et sa mère ont interagi n'avaient pas reçu une formation adéquate.

En raison de cette expérience vécue avec sa mère, Cathy s'est passionnée pour la prestation des services de santé et de soins à domicile. Elle intervient au nom des familles et des amis qui cheminent dans le système. Bien qu'elles ne tarissent pas d'éloges à propos des professionnels de la santé dévoués et compatissants avec qui elles interagissent, elles ont également exprimé le besoin d'offrir de meilleurs soins axés sur la personne et plus de soutien aux personnes soignantes.

En tant que membre du Comité consultatif des patients et des familles du RLISS de Champlain, Cathy veut définir des façons d'améliorer l'uniformité et la fiabilité des soins à domicile pour les personnes âgées, et assurer une expérience plus coordonnée pour les patients et les personnes soignantes à l'échelle du système de soins de santé, en particulier pour les personnes vulnérables et aux besoins élevés.

« Nous assistons à une transformation importante du système de soins de santé de l'Ontario avec l'adoption de la Loi donnant la priorité aux patients et les changements apportés à la prestation des services de soins à domicile. J’ai hâte de collaborer avec mes collègues du comité afin d'offrir au RLISS des stratégies et des idées pratiques pour améliorer les soins aux patients et à domicile ainsi que le soutien aux soignants. »

Sharon Haig

SHaigSharon Haig travaille à temps plein et est la principale soignante de son mari, qui est atteint de la maladie de Huntington. Elle est également la soignante de son père âgé, qui a reçu un diagnostic de cancer du côlon au début de 2017. Il a besoin de soins en raison d'une iléostomie permanente.

Sharon décrit les responsabilités d'une personne soignante comme le fait d'être médecin, psychologue, travailleuse sociale, planificatrice financière, nutritionniste, cuisinière, femme de ménage, chauffeuse, infirmière, réparatrice d'ordinateur, avocate, ainsi que de nombreuses autres responsabilités.

Pour Sharon, prendre soin de son mari est accablant par moments. Ajoutez à cela prendre soin de son père, le fait de travailler et d'avoir à tenir d'autres engagements; certains jours, il ne lui reste tout simplement plus d'énergie. Elle dépend du système de soins de santé. Elle compte sur l'aide et le soutien des médecins, des fournisseurs du RLISS de Champlain et des entreprises d'approvisionnement pour combler les besoins médicaux quotidiens de ses proches.

Sharon s'est jointe au Comité consultatif des patients et des familles du RLISS de Champlain parce qu'elle veut communiquer des commentaires et des suggestions de la part des personnes soignantes directement au RLISS de Champlain. Elle veut s’assurer que le système de soins de santé est viable financièrement pour offrir des services à ceux qui ont besoin d'aide durant leurs vieux jours.

« J'espère continuer à collaborer avec le RLISS de Champlain pour réduire les inefficacités et le coût du système de santé, et pour soulever des enjeux concernant des problèmes de santé en particulier, comme la maladie de Huntington. Il est important de veiller à ce que ces services continuent de nous être offerts, et ils doivent être facilement accessibles. »

Anita Manley

AManleyAnita Manley est une porte-parole bien connue en santé mentale, une paire aidante et une conseillère des patients partout à Ottawa et dans la province. En 2015, Anita a reçu le Prix d’inspiration du Royal pour ses efforts de représentation visant à réduire la stigmatisation de la maladie mentale. Anita connaît trop bien ce qu'est la stigmatisation : elle a passé trois ans sans abri et seule, sans contact avec sa famille et ses amis en raison des délires qu'elle vivait, causés par un trouble bipolaire schizo-affectif. Elle a fini par recevoir les excellents soins dont elle avait besoin au Centre de santé mentale Royal Ottawa.

Anita se rétablit depuis janvier 2012. Elle a repris contact avec certains amis, sa fille et sa famille élargie, et s'est fait de nouveaux amis. Depuis les trois dernières années, elle vit une relation amoureuse et d'entraide mutuelle avec son partenaire. Elle travaille aussi à aider les autres.

Les principales priorités d'Anita en tant que membre du Comité consultatif des patients et des familles du RLISS de Champlain sont de faire entendre la voix des personnes souffrant du trouble de la personnalité limite et de contribuer à réduire le nombre de visites répétées aux services des urgences chez les personnes ayant des problèmes de toxicomanie et de santé mentale.

« Je veux être une voix importante au sein de ce comité pour les troubles de toxicomanie et de santé mentale. Je suis une experte de ma propre santé mentale. Je sais ce dont j'ai besoin pour continuer à me sentir bien, et je sais comment aider les autres à atteindre un état de bien-être. »

Visualisez une brève vidéo à propos d'Anita

Claude Paquette

CPaquetteEn 1992, la femme de Claude Paquette a reçu un diagnostic de cancer. Après une lutte de 18 mois, elle est décédée. Cette perte a fait que Claude est demeuré seul pour élever deux jeunes enfants. Aujourd'hui, il prend soin de sa mère de 98 ans, qui habite dans un foyer de soins de longue durée. Ces expériences ont enseigné à Claude l'importance d'un système de soins de santé adapté aux besoins des patients, à l'hôpital et dans la communauté.

En outre, la vie professionnelle de Claude lui a donné un point de vue unique sur le système de l'Ontario : pendant 30 ans, il a fait partie de la haute direction d'une entreprise américaine de haute technologie. Son emploi l'a mené partout dans le monde et lui a permis de voir différentes cultures et de rencontrer différentes personnes et collaborer avec elles. Son emploi lui a aussi donné l'occasion d'observer d'autres systèmes de soins de santé - il affirme que le nôtre fait très bonne figure.

En tant que « techno », Claude constate très bien les nombreux avantages qu'apporte la technologie aux soins de santé. L'une de ses priorités en tant que membre du Comité consultatif des patients et des familles du RLISS de Champlain est de veiller à l'optimisation de ces avantages, tout en continuant de respecter l'importance de la communication humaine et personnelle entre les patients, les familles et les fournisseurs de services.

« Je suis très fier de notre système de soins de santé. Il n'est pas parfait, mais il est de loin supérieur à celui de nombreux autres pays. Mon objectif en donnant de mon temps à titre de bénévole est de veiller à ce que nous ne perdions pas la qualité et les avantages dont nous jouissons, tout en cherchant des façons d'améliorer le système. »

Stephanie Paravan

SParavanStephanie Paravan et son mari sont les parents de deux garçons. En 2013, à l'âge de six ans, son fils est tombé malade de façon inexplicable. Il souffrait d'un trouble convulsif neurologique non diagnostiqué qui s'est progressivement aggravé. Son fils a cessé de parler, est cloué à un fauteuil roulant, est alimenté par sonde gastrique et dépend de nombreux médicaments pour sa survie quotidienne.

Très rapidement, le monde de Stephanie n'a fait que tourner autour de rendez-vous et d’admissions à l'hôpital, y compris être au chevet de son fils durant un séjour de 18 mois au Centre hospitalier pour enfants de l'Est de l'Ontario à Ottawa, au Hospital for Sick Children et à l'Hôpital de réadaptation pour enfants Holland Bloorview de Toronto. Pour devenir soignante à temps plein, thérapeute et coordonnatrice médicale, elle a dû quitter son emploi d'assistante en éducation. Elle a appris, parmi de nombreuses choses, à quoi peut ressembler le fait de tenter de conserver un semblant de normalité dans une vie qui n’a rien de normal.

Stephanie affirme qu'elle est emballée d'être membre du Comité consultatif des patients et des familles du RLISS de Champlain, auquel elle espère contribuer à l'aide de son expérience et de son point de vue. Plus particulièrement, elle veut faire en sorte que les décisions liées aux politiques et au système prises au RLISS tiennent compte des besoins des enfants et des jeunes, en particulier ceux qui ont besoin d'un très grand soutien, à l'hôpital ou à domicile.

« J'espère sensibiliser aux besoins uniques de chaque patient et chaque famille ainsi qu'à l'importance de la souplesse en matière de programmes pour soutenir de façon adéquate les patients aux cas complexes et fragiles au plan médical ainsi que leurs personnes soignantes. »

Joanne Robinson

JRobinsonJoanne Robinson et son conjoint ont deux enfants qui sont maintenant adultes. Née à Ottawa de parents jamaïcains, Johanne Robinson s’occupe de sa tante et de ses parents vieillissants.

Le fait d’être soignante lui a donné une perspective approfondie du système de santé. En tant que fervente défenseure des personnes âgées dans sa communauté, Mme Robinson fait part de ses connaissances du système de santé avec ceux qui ont besoin d’aide. Par exemple, pour accroître la sensibilisation aux mauvais traitements envers les personnes âgées, elle a joué un rôle principal dans la planification et l’organisation de séances d’information destinées à la communauté caribéenne d’Ottawa.

Joanne Robinson a occupé plusieurs rôles dans la communauté, dont présidente de l’association communautaire jamaïcaine d’Ottawa, coordonnatrice au sein du Comité de l’histoire des Noirs d’Ottawa et bénévole pour le Comité d’intervention policière et communautaire.

En partenariat avec l’association communautaire jamaïcaine d’Ottawa et Jaku Konbit, organisme dont le mandat est de protéger et de promouvoir l’identité culturelle africaine, Joanne Robinson a joué un rôle important dans l’élaboration du programme Under the Mango Tree. Ce programme encourage l’art traditionnel du récit africain et caribéen et fait reconnaître l’importance des aînés et le respect envers ceux-ci. Le programme donne aussi une tribune aux personnes âgées afin qu’elles partagent leurs histoires avec les enfants et les jeunes.

Mme Robinson est ancienne membre du conseil d’administration de Jaku Konbit, mais continue d’être membre active de cet organisme. Elle est aussi membre du National Institute of Jamaican-Canadians et bénévole de longue date à la Ville d’Ottawa.

En reconnaissance de ses travaux dans la communauté, Joanne Robinson a été récipiendaire de la Distinction de l’Ontario pour services bénévoles du ministère des Affaires civiques et de l’Immigration de l’Ontario. Elle a également été lauréate du prix #OC150 et du prix Dream Keepers Citation for Outstanding Leadership du Comité de l’histoire des Noirs d’Ottawa.

« J’ai hâte de travailler avec le RLISS de Champlain et les membres de ce comité pour veiller à ce qu’on tienne compte des voix diversifiées et qu’on réponde aux besoins de santé de toutes nos communautés. »

Ottawa est

Kelsey Lett

KLettKelsey Lett sait ce que signifie d'être une patiente entièrement dépendante du système de soins de santé. Ayant reçu un diagnostic à l'âge de deux ans, Kelsey est maintenant une jeune femme qui lutte contre la fibrose kystique. Elle est très heureuse de dire que ses deux sœurs sont en excellente santé.

Chaque jour est différent. Elle peut se réveiller avec le sentiment de pouvoir conquérir le monde, alors que d'autres jours, le simple fait de se lever du lit pour prendre une douche constitue un défi, tout comme composer avec le stress et l'angoisse mentale qui accompagnent le fait d'être malade. La situation est également difficile pour sa famille et son partenaire.

Les soins à domicile sont devenus une immense partie de la vie de Kelsey. Kelsey rencontre quelqu'un au moins une fois par moi pour les visites habituelles nécessaires pour l'aider à gérer la maladie. Quelques fois par année, elle a aussi besoin de traitements intensifs aux antibiotiques intraveineux. Durant ces traitements, un membre du personnel infirmier la rencontre chaque jour pendant plusieurs semaines, pour vérifier son cœur et ses poumons et reprogrammer sa pompe intraveineuse.

Le fait que Kelsey ait passé sa vie à interagir avec le système de santé lui a appris qu'il y a toujours moyen de l'améliorer. Elle mentionne, par exemple, un manque occasionnel de communication entre les fournisseurs, les soignants et les patients - ce qui peut être embêtant pour les fournisseurs, stressant pour les soignants et profondément frustrant pour les patients. Elle parle du stress occasionné par le fait qu'on ne lui livre pas ses médicaments à la maison à temps, ainsi que de l'embarras de se faire assigner de nouveaux membres du personnel infirmier qui ne la connaissent pas et qui ne connaissent pas son dossier. Kelsey continue d’intervenir et de travailler à créer des liens plus solides entre les fournisseurs de soins de santé et les patients. En tant que membre du Comité consultatif des patients et des familles du RLISS de Champlain, elle espère aborder certains enjeux.

« Je me suis jointe au Comité consultatif des patients et des familles pour aider à améliorer l'expérience des soins à domicile de chacun — patients, soignants et professionnels de la santé qui prodiguent les soins. J'aimerais aussi que nous travaillions tous mieux ensemble pour réaliser des changements positifs. »

Champlain est

Roger Pharand

RPharandRoger Pharand a connu les hauts et les bas d'être un patient interagissant avec le système de soins de santé. Il y a dix ans, il a reçu un diagnostic de diabète de type 2. Son médecin de soins primaires l'a dirigé vers l'équipe d'éducation sur le diabète de l'Hôpital Memorial du district de Winchester. L'équipe lui a enseigné comment vivre avec la maladie et la gérer. De façon tout aussi importante, l'équipe lui a enseigné à quel point le système peut bien fonctionner lorsque les médecins de soins primaires et les spécialistes collaborent dans l'intérêt du patient.

Il y a sept ans, Roger a appris une leçon différente. Il était au bloc opératoire pour subir ce qu'on lui avait dit serait un angiogramme de routine - il a fait un AVC. À l'époque, le manque de communication entre les différents médecins et spécialistes qui le soignaient était terrifiant et lui a presque coûté la vie.

Depuis ce temps, son message aux fournisseurs de soins de santé est d'accorder la priorité aux patients. « Communiquez bien et prenez les choses en main, car il s'agit de ma santé » est devenu son mantra. C'est la philosophie qu'il veut apporter au Comité consultatif des patients et des familles du RLISS de Champlain.

« S'il y a une chose que j'espère réaliser, c'est un processus de communication étoffé en soins de santé qui place le patient et le fournisseur de soins primaires au cœur du cercle de soins et dans le cadre duquel les spécialistes autour du cercle transmettent tous leurs renseignements au cœur des soins, dans l'intérêt fondamental du patient. »